Site mis à jour le
10 août 2017
1995550 visiteurs

MES MAQUETTES

Les maquettes plastique sont apparues en France dans les années 60. Les premiers "kit" que j'ai monté sortaient de chez AURORA, HELLER, LINDBERG et bien sûr de chez AIRFIX qui commercialisait ses produits sous emballage blister à ....1,50 francs et même dans les paquets de lessive SUNIL.
Au cours du temps, de nouvelles marques apparurent, les formes devinrent plus juste, la gravure en creux apporta le réalisme que nous attendions tous. Et puis, il y eût l'aérographe, les décals, les acryliques, la photodécoupe et la résine, Tout ce qui nous facilite la vie dans l'accomplissement de notre hobby.
Pour ma part, je me suis arrêté juste avant la photodécoupe et je suis resté fidèle au 1/72 pour une question d'encombrement de vitrine.Je fais aussi dans la résine mais sans excès.

Tant qu'aux décals, je m'approvisionne essentiellement chez MODEL-ART, CARPENA, MODELDECAL, sans oublier tout ce qui contient des cocardes française au 1/72.

Mes maquettes n'ont certes pas le standard "concours" car faites "from the box" améliorées. mes commentaires s'adressent malgré tout à des colleurs de plastique qui ont quand même une certaine expérience.

Je vous ferais partager mes impressions de montage et les astuces (quand il y en aura) dans la page que je tiendrai à jour au fur et à mesure du montage de mes maquettes.

Et d'abord,quoi acheter et quand l'acheter ?

 Dans les années 60-70 le 1/72 régnait en maitre, maintenant, à peu près tous les sujets ont été traités, la décennie 80 vit l'émergence du "quart d'inch" bien sympa pour les pinailleurs. Bien qu'à cette échelle il reste encore du grain à moudre, on constate depuis quelque temps l'émergence du 1/32 (bonjour l'encombrement d'un B29 !) Les vieux moules fabriqués pendant les 30 glorieuses ont ete rachetés par de nouvelles marques un peu plus à l'est, (voir la série HELLER musée) et on revoit donc nos vieux rossignols ressortir dans de belles boites avec de belles planches de décals. Alors avant d'investir dans un kit au 1/72, renseignez vous de son contenu à moins que votre intérêt pour cet avion soit plus fort que le travail de titan qui vous attend. Heureusement, des ACADEMY, des ITALERI sortent toujours de vraies nouveautés au standard actuel. N'oublions pas non plus les TAMIYA , les REVELL et toutes les marques qui s'acharnent à nous produire d'exellents avions. Achetez vos kit à leurs apparition sur le marché, au moins, les moules étant neufs, vos pièces ne seront pas rayées ni déformées.

 Donc, ça y est, on a trouvé LA maquette qu'on attendait, celle qui va remplacer le vieux riblon, vous savez ! celle qui a des rivets aussi gros que des louches sans manche ! Vient ensuite le cérémonial de l'ouverture de la boite. Et là on a droit à la palette des émotions qui vont du dépit à l'esbaudissement. On laisse passer tout ça, on retrousse les manches et on y va !

En passant, j'en profite pour vous dire comment je procède.

MA TECHNIQUE DE MONTAGE

* Je peins le maximum de pièces sur la grappe, quitte à faire des retouches après assemblage. Pour la verriere, je la peins avant de la coller, je la colle et  la protège (maskol) . je termine le fuselage (retouches de peinture, décals), de même pour les ailes, profondeurs, bidons...J'assemble le tout et je finis par les détails (trains, antennes...) .

* Je ne mélange plus les peintures. Le marché est assez ouvert pour trouver les bonnes teintes. On trouve par exemple, différentes teintes d'olive drab ce qui permet de peindre une couche de fond dans une teinte et faire des raccords avec d'autres teintes légèrement différentes aux bons endroits. L'avantage de ne plus mélanger les couleurs est que l'on peut faire des retouches qui ne se voient pas.

* Parlons de la question récurrente de la dilution des peintures pour aérographe. Pour ma part, je travaille à pression d'environ 2,5 Kg au compresseur, et je dilue mes peintures dans la proportion de 1volume d'eau ou alcool à bruler pour 4 volumes de peinture (Gunze, Tamiya) Pas de dilution pour les "Prince Auguste aérographe"

* WEATHERING où l'art de salir une maquette reflétant l'usure du temps.Ne maitrisant pas parfaitement cette technique je préfère ne rien faire plutôt que prendre le risque de rater l'oeuvre d'art, je me contente des traces d'échappement, et du relief des lignes de structures en creux avec un jus noir. Mes maquettes ont certes l'aspect du fraîchement repeint mais cela me convient.

Page précédente Page suivante